Child of Light

Child of Light

Un jeu de plateformes féérique teinté de jeu de rôle

Après l'immense réussite représentée par Rayman Legends, Ubisoft revient à la charge avec un nouveau jeu de plateformes dessiné à la main; j'ai nommé Child of Light. Guidez une fillette perdue dans un monde mystérieux à la recherche de son salut, dans un mélange de plateformes et de jeu de rôle qui manque parfois de piquant.
Lire la description complète

Les plus

  • Une réalisation exceptionnelle
  • Les dialogues et cinématiques

Les moins

  • Un système de combat ennuyeux et inapproprié
  • On aurait aimé une exploration plus poussée

Moyen
6

Après l'immense réussite représentée par Rayman Legends, Ubisoft revient à la charge avec un nouveau jeu de plateformes dessiné à la main; j'ai nommé Child of Light. Guidez une fillette perdue dans un monde mystérieux à la recherche de son salut, dans un mélange de plateformes et de jeu de rôle qui manque parfois de piquant.

Incarnez une fillette plongée dans un univers étrange et menaçant

Une fois n'est pas coutume, vous n'êtes pas chargé dans Child of Light de délivrer une princesse. C'est à vous d'incarner cette jeune fille de duc, plongée dans une sorte de coma qui la transporte dans le royaume étrange de Lémuria. À vous d'explorer ces contrées inconnues, avec l'espoir de rejoindre à nouveau le monde des vivants.

La trame scénaristique de Child of Light n'est en rien exceptionnelle, mais elle est mise en scène avec brio. Les dialogues (tous écrits en vers) et les personnages semblent tout droit sortis d'un conte pour enfants, avec une naïveté empreinte de mélancolie. Une grande réussite qui parvient à former un monde attachant dont on a envie de percer les secrets!

Un gameplay qui s'égare dans des directions inattendues

À première vue, Child of Light ressemble à un jeu de plateformes classique et magnifiquement réalisé. Mais c'était sans compter sur l'audace des développeurs, qui ont décidé d'intégrer un système de jeu de rôle au tour-par-tour pour gérer les combats. Vous aurez ainsi à votre disposition une batterie de compétences à utiliser en combat, en anticipant les mouvements ennemis comme dans un South Park ou un Final Fantasy.

Malheureusement, le système de combat de Child of Light est minimaliste et manque singulièrement d’intérêt. On s’ennuie ferme dans ces combats dépourvus de dimension stratégique ou de difficulté, d'autant que le système de progression qui soutient le tout (avec des compétences et améliorations à débloquer au fil des niveaux) est sans saveur. Une gameplay qui présente l'intérêt d'être accessible au plus grand nombre, mais qui manque de cohérence par rapport au propos du jeu.

Comme Bioshock Infinite avant lui, Child of Light souffre d'un syndrome rare du jeu vidéo: la dissonance ludo-narrative. C'est à dire que l'univers du jeu est en contradiction avec le gameplay qui le porte. Que n'est-il pas étonnant, en effet, de se retrouver aux commandes d'un jeu de rôle au tour par tour dans ce monde onirique et enfantin? Le plaisir de l'exploration que l'on aurait aimé voir prédominer laisse ainsi le pas à un système de combat ennuyeux et peu adapté. D'autant que l'on peine à imaginer la fragile fillette qu'on incarne se transformant soudainement en un monstre de guerre. Un souci de cohérence qui nuit malheureusement à l'expérience.

Une réalisation splendide

La qualité de Child of Light saute aux yeux dès les premiers instants: le jeu est splendide et servi par une réalisation exceptionnelle. Les décors dessinés à la main (en utilisant la même méthode que pour Rayman Legends et Origins) sont magnifiques, tout comme les cinématiques du jeu. Les personnages, effets et animations sont tous très travaillés pour un résultat unique en son genre, plus onirique et moins coloré qu'un Rayman pour soutenir l'univers mystérieux de Child of Light. Les dialogues (tous enregistrés et empreints de poésie) sont eux aussi de grande qualité, tandis que la musique soutient merveilleusement la mélancolie ambiante.

Un jeu magnifique et ennuyeux

Child of Light est aussi splendide qu'il est barbant. Servi par une réalisation exceptionnelle (graphismes, dialogues, doublages), le jeu accuse des erreurs de conception qui l'empêchent d'être réellement satisfaisant. Avec un système de jeu trop porté vers des combats basiques et ennuyeux, Child of Light s'est privé du plaisir de l'exploration qui aurait dû être sa vertu première. Dommage!